“Je travaille beaucoup sur mes propres obsessions”






Jules Magistry


Dessinateur & illustrateur
Basée à Paris
︎ ︎

Jules Magistry est un dessinateur, illustrateur de 30 ans habitant Paris. Il développe un univers personnel autour de l'adolescence, de la pop culture et des questions d'identités. Il travaille aux crayons de couleurs dans des teintes primaires et électriques.

“Au départ, je voulais tellement faire de la BD, développer mes propres histoires et personnages mais que j’ai commencé à être frustré par mes capacités techniques. Je me disais que si je voulais réaliser mes propres idées, il fallait que je passe un cap. Pour faire une planche de BD, je passais mon temps à refaire et gommer. Si je voulais vraiment faire quelque chose par moi-même, je ne pouvais pas passer autant de temps à trouver la bonne perspective pour la pose d’un seul personnage.” 

“J’ai donc commencé à travailler sur des carnets qui se déplient et refaire toutes les images que j’enregistrais sur mon portable que j’aimais. Je fais aussi beaucoup de gens que j’admire et j’essaye de les contacter après via instagram.
Comme Ryan McGingley qui fait des photos studios très colorées, avec des animaux, dans la nature avec des gens à poils, et en même temps ses amis au polaroid ou ses mecs. J’ai refait des photos à lui que j’ai partagé sur les réseaux sociaux et il m’a contacté pour que je lui en vende.” 


“Les gens sont toujours très flattés d’être dessinés que ce soit des gens connus ou moins connus, la réaction est la même.” 


“Depuis que je fais mes carnets, qui me permettent d’avoir plus de travail et me satisfont plus, j’avais un peu abandonné les grands formats. Mais il a fallu que je refasse un grand format pour une expo à Lausanne au Musée Olympique sur le skate. Je n’en fais pas mais j’admire beaucoup les skaters et c’est une discipline que je trouve hyper belle et impressionante. Au collège, c’était ceux qui étaient les plus ouverts et avec lesquels je me sentais le mieux.
J’ai découvert que grâce à internet, il y avait beaucoup de groupes skate queer qui ont émergés notamment un groupe de skateuses de Bordeaux. Elles avaient repris un endroit que des mecs monopolisaient. Cela avait été un peu la guerre au début, mais leur capacité d’évolution était très rapide.
Et pour revenir à l’expo, j’ai un mur de 7m pour lequel je vais faire des portraits de skaters en format raisin disposés sur un fond que j’ai créé. J’ai choisi 4 skaters que j’aime bien qui sont queers et/ou soutiennent les groupes queers.”


Jules poursuit ses projets au sein de l’atelier partagé Commode aux côté d’autres artistes.










My own private Idaho” est mon film préféré,
et lors d’une exposition au 3537 à Paris, j’ai intitulé
mon travail exposé “
My Own Private Sketchbooks









Livres recommandés par Jules : 

Pensez avant de parler. Lisez avant de penser” de Fran Lebowitz 


C’est une autrice, presque humoriste. Elle n’arrive plus vraiment a écrire depuis 30, ou 40 ans, mais elle a été journaliste pour Interview Magazine d’Andy Warhol. Elle a écrit des livres surtout d’humour très acerbe et en même temps avec de la justesse, de la romance et fiction. Et celui là regroupe ses textes les plus drôles. C’est la critique d’à peu près tout mais de manière assez drôle.” 


The Art of Making Movies” Gus Van Sant


“C’est sur la carrière de Gus Van Sant, réalisateur de My Own Private Idaho, Elephant, et c’est aussi un peintre et un photographe. Et c’est hyper rassurant les livres comme ça. Parce que quand tu galères avec ta carrière, tu te rends compte que même les gens les plus connus ont galérés.”










Texte provenant du site de
l’artiste et propos recueillis
par Chochana Rosso